Effective Présentations

Effective Cross-Cultural Presentation skills

Their first language may not be English

12 would speak Chinese
6 would speak Spanish
5 would speak English
4 would speak Hindi
3 would speak Arabic
3 would speak Bengali
3 would speak Portuguese
2 would speak Russian
2 would speak Japanese
60 would speak other languages

Objectifs pédagogiques :

A l’issue du stage, chaque participant sera en mesure de :

  • Réaliser une présentation dynamique, claire et synthétique
  • Adapter la présentation aux différents niveaux de compréhension
  • Présenter avec plus de confiance
  • Mettre en avant une présentation lors d’une réunion de travail
  • Traiter l’information afin de faciliter la clarté (tri, réduction)
  • Construire la présentation du départ
  • Optimiser l’utilisation des outils média
  • Projeter et maitriser sa voix (tonalité, pause, rythme et intonation)
  • Etablir un contact avec l’auditoire par la maitrise du langage corporel
  • Gérer les questions en confiance
  • Mettre en valeur ses connaissances
  • Gérer les échanges sans perdre la face
  • Transmettre ses idées de manière captivante

Profil Participants:

Toute personne souhaitant améliorer ses présentations orales  et développer sa confiance

 

                                                                                   

If the world were a village of 100 people …

50 would be female
50 would be male

There would be:
60 Asians
16 Africans
14 people from the Americas
10 Europeans

Find out about our corporate Effective Presentation Skills training workshops.
Or we can tailor a specific program for your business.

12 Tips for Cross-Cultural Presentations

Cross-cultural Presentation Skills

Les présentations peuvent être délicates, la communication interculturelle peut être un champ de mines, mais un mélange des deux – faire des présentations devant un public multiculturel peut être très difficile.

Voici quelques conseils sur les principaux pièges à éviter lors de présentations interculturelles.

La communication interculturelle consiste à travailler avec des personnes d’autres cultures d’une manière qui minimise les malentendus et les situations conflictuelles, tout en maximisant votre potentiel à créer des relations solides entre les cultures.

Ce qui fonctionne ici peut ne pas fonctionner ailleurs

La plupart d’entre nous savons comment un public de notre pays préfère recevoir des informations. Par exemple, au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Canada, l’accent est mis sur l’action et les résultats. En Europe continentale, le public préfère les détails et les documents justificatifs. Rappelez-vous simplement que certains publics nécessiteront un mélange de styles – nous devons en apprendre davantage à l’avance ou être capables de penser rapidement pour nous adapter aux préférences de l’auditoire.

Ralentir

Même si vous pensez que votre auditoire comprend bien l’anglais, vous devez ralentir, articuler clairement et parfois vérifier la compréhension des points importants de votre présentation et résumer pour vous assurer que tout le monde est sur la même page.

Utilisez un langage simple et neutre, en évitant l’argot, les idiomes et les acronymes.

Langage corporel et contact visuel

Le Royaume-Uni et les États-Unis (et de nombreuses autres cultures) se présentent de manière dynamique, utilisant la plate-forme comme un espace pour accentuer le message d’une présentation. Les cultures latines ont tendance à utiliser de nombreux gestes et mouvements de bras, alors qu’un présentateur chinois restera presque statique. Un geste peut signifier quelque chose de complètement différent dans une autre culture; au Royaume-Uni et aux États-Unis, un «pouce levé» est un geste positif, mais en Iran, cela signifie quelque chose de complètement différent! La même chose peut être dite pour le signe “OK”, semblable à celui utilisé par les plongeurs. Au Brésil, cela signifie quelque chose de différent, tout comme le signe “V” du revers de la main, qui indique “deux” dans de nombreuses cultures – en Grande-Bretagne, en Australie et en Nouvelle-Zélande, il s’agit d’un geste offensant.

Dans de nombreuses cultures, le contact visuel est synonyme de sincérité, alors que dans certaines cultures, il peut être envahissant et presque menaçant.

La clé est de vérifier votre langage corporel, votre contact visuel et vos gestes et, en cas de doute, ne les utilisez pas, mais essayez de faire vos devoirs avant de faire une présentation.

Le décalage horaire entre les cultures

Certaines cultures préfèrent une approche structurée et ponctuelle des affaires, y compris l’heure de début et de fin de votre présentation, tandis que d’autres utilisent l’heure de début et de fin comme davantage un guide que comme une heure définie.

Dans ces dernières cultures, les gens arrivent plus ou moins à l’heure de début annoncée, prennent un café, discutent et établissent des réseaux, alors que dans une culture plus ponctuelle, cela peut rencontrer négativité et frustration.

De même, en ce qui concerne les points d’action et les délais, certaines cultures semblent ne pas prendre cela au sérieux – bien sûr, mais l’impression est donnée d’une approche décontractée et décontractée, mais ne vous laissez pas berner. Cela est généralement dû au fait que la culture est davantage axée sur le consensus.

Une question à la fois

Lorsque l’anglais n’est pas la langue maternelle, assurez-vous que toutes les questions posées ne constituent qu’une seule et même question, n’essayez pas de poser des questions doubles, cela risquerait de perturber les membres de votre auditoire.

Des questions telles que “Allons-nous nous arrêter ici?”

sont beaucoup plus clairs et plus simples à comprendre et donc à réagir que:

“Allons-nous nous arrêter ici ou allons-nous continuer?”

Certaines cultures, telles que le Royaume-Uni, les États-Unis, etc., poseront de nombreuses questions pendant et après une présentation, tandis que certains publics asiatiques en demanderont très peu et auront peut-être besoin d’être encouragées à poser des questions.

N’oubliez pas que si vous ne recevez pas de questions pendant ou après votre présentation, cela ne signifie pas nécessairement que votre auditoire est d’accord ou pas avec ce que vous avez présenté et, parfois, l’inverse est souvent vrai.

Il est également inutile de poser des questions fermées, qui nécessitent une réponse «oui» ou «non», car elles vous en disent très peu. Essayez de construire “Comment?”, “Quoi?”, “Pourquoi?” etc., des questions.

En règle générale, évitez les questions négatives, qui nécessitent une réponse affirmative, telle que; ‘Ça ne vous dérange pas si je vais juste parcourir cette partie rapidement?’

Surveille votre langage

Si vous le pouvez, essayez d’apprendre comment dire bonjour, au revoir, merci et bienvenue dans la (les) langue (s) de vos hôtes, c’est souvent une touche agréable qui non seulement plaît au public, mais qui aide également à briser la glace. au début de votre présentation.

Assurez-vous simplement que vous êtes en mesure de prononcer la langue que vous choisissez et qu’elle a l’effet souhaité pour le public.

Humour

Soyez très prudent avec l’humour, car cela peut avoir pour effet de se tirer une balle dans le pied s’il n’est pas manipulé avec précaution et n’est généralement pas recommandé, en particulier pour un public de cultures diverses.

L’humour est parfois difficile à comprendre et est souvent mal interprété et peut parfois être considéré comme offensant. Mon conseil serait de ne pas le risquer, à moins de bien connaître votre public et si le sujet de votre présentation convient à l’humour que vous voulez livrer. .

L’humour peut également être perçu de manière négative dans certaines cultures, car il peut nuire au caractère professionnel attendu d’une présentation. De plus, le sarcasme ou l’ironie sont souvent largement mal compris, alors évitez-les également.

Quel est le contraire de l'écoute?

La réponse réflexe donnée à cette question est: «Parler».

En fait, le contraire de l’écoute est de «prendre son tour», c’est-à-dire d’attendre son tour pour parler, ce qui signifie que dans de nombreuses conversations, l’une des parties n’écoute pas complètement.

Dans un contexte interculturel, ‘d’attendre son tour’ est de la plus haute importance, faire valoir un point ou poser une question, puis laisser à l’autre partie le temps de comprendre, de digérer et de formuler une réponse.

La technologie

Il est souvent évident qu’une présentation sera diffusée via Powerpoint ou Keynote. Certains d’entre nous ont accès à des projecteurs qui affichent nos images sur un écran via WiFi. Certains utiliseront des outils tels que Prezzi, une toile sans fin, etc.

Lorsque vous présentez dans une autre culture, il est possible que les outils que nous avons l’habitude d’utiliser ne vont tout simplement pas fonctionner à l’étranger, mais le public peut ne pas aimer les éléments visuels qu’offrent ces outils, préférant les tableaux blancs ou même les rétroprojecteurs, et fois seulement la parole de l’animateur.

Une bonne préparation préalable aidera à surmonter ces problèmes potentiels qui pourraient bloquer efficacement toute tentative de communication.

A quoi s'attendre de votre public

Certains publics sont très engagés et disposés à participer, à répondre à des questions, etc., et certains ne le font tout simplement pas.

Les auditoires asiatiques inclinent souvent la tête et ont l’air concentrés pendant la présentation, les Indiens remuent parfois la tête, les Saoudiens ne montrent souvent aucune réaction et ne font rien.

Les applaudissements sont généralement une approbation universelle, mais en Australie et au Royaume-Uni, le public applaudit rarement à la fin d’une présentation. En Allemagne, les gens seront sur la table comme un signe d’approbation, alors qu’aux États-Unis, l’approbation pourra être donnée par des sifflets. Dans certaines cultures, les sifflets peuvent signaler un effet complètement opposé de désapprobation.

Émotions

Il est extrêmement important de garder le contrôle de ses émotions lors d’une présentation, en particulier lors de la session de questions-réponses, où certaines cultures vont presque interroger un présentateur à propos de leur présentation. Ce n’est pas toujours une chose négative, gardez simplement à l’esprit les intentions positives qui sous-tendent un questionnement rapproché et ne le considérez jamais comme une menace ou une tentative de réduire votre présentation.

Ne perdez jamais patience, ne montrez pas frustration ou colère – la plupart des questions sont posées pour établir des faits ou dissiper les doutes de l’auditoire. Une réaction négative conduira à une perte de crédibilité.

Gardez simplement à l’esprit que si vous avez beaucoup de questions à la fin de votre présentation, c’est une très bonne chose, car l’auditoire participe activement et retiendra beaucoup plus de votre présentation que s’il restait passif.

Le public est clairement intéressé par votre présentation.

S’il y a beaucoup de questions de l’auditoire, nous pourrions également nous interroger sur la clarté de notre présentation pour l’auditoire donné.

Entraînez-vous avec ALSO

Si vous travaillez dans un environnement international et interculturel, suivez une formation en “sensibilisation interculturelle” et en techniques de présentation interculturelle “.

L’investissement en temps et en argent vous rapportera 100 fois plus cher et vous aidera à aborder la communication interculturelle avec sérénité, professionnalisme et confiance, ce qui vous aidera finalement à faire plus et de meilleures affaires à l’avenir.

En Savoir Plus

Welcome to ALSo

    wpChatIcon